L’Oustal à Citou - " l’ 'expérience"

 

Le repas tel qu'il est conçu dans la gastronomie française... Doit-on forcément la réduire aux étoiles mentionnées sur les guides les plus réputés? Non, bien évidemment! Ce n'est pas tant la gastronomie française en tant que telle qui est célébrée au travers de cette distinction, mais bel et bien la tradition du repas français avec tout le rituel qui en découle. L'Unesco a voulu souligner ici l'importance et la nécessité d'une "pratique sociale coutumière destinée à célébrer les moments les plus importants de la vie des individus et des groupes". En effet, autour d’une table, que ce soit dans le cadre familial, amical ou professionnel, le repas est au cœur de la plupart des grands événements d’une vie qu'ils soient gais ou tristes. Le repas rassure, console, fait partager, échanger, découvrir, il réunit, réconcilie, transmet, il est au cœur de la vie de chacun. Mais il ne s’agit pas de parler uniquement de nourriture. Que serait la gastronomie française sans l’accueil, le sourire, l’hospitalité, le plaisir de recevoir, d’inviter, de se retrouver. Le plaisir d’une table dressée, d’une musique choisie, d’une ambiance décidée. Le plaisir d’être ensemble. Les six étapes incontournables du repas français Il y a tout d'abord l'apéritif, la "mise en bouche". Convivial par excellence, mise en appétit, peu importe, il est annonciateur de moments gustatifs intenses. L'apéritif se veut original, thématique, léger pour ne pas empiéter sur ses successeurs. Une entrée, légère elle aussi, crue ou cuite, salée ou sucrée, ce sera selon les dernières tendances. Puis viendra le plat principal, consistant, sérieux, imposant. Enfin, l’observation du rite quasi obsessionnel du plateau de fromages, attendu avec impatience par tous les amoureux de la tradition culinaire française en général. Le dessert, enfin. Oui mais pas tout seul. La parfaite solution pour terminer ce repas : le digestif. Qu’il est bon de repenser à toutes ces saveurs, qu’il est doux aux oreilles de la cuisinière ou du chef d’entendre des soupirs de satisfaction intense : "c’était délicieux, un vrai régal". Sensation du travail bien fait, du devoir de bonheur accompli, le repas gastronomique français est générateur de plaisir. Les cinq sens en action pour une cuisine accomplie Sentir, goûter, voir, entendre et toucher. La cuisine fait appel à nos cinq sens. Mais dépassons là l'aspect principalement culinaire. Il y a le cérémonial qui accompagne la préparation d'un plat. Imaginer les ingrédients, le mélange des saveurs, visualiser les lieux dans lesquels le chef (en herbe, ou pas !) va se rendre. Ici un marché pittoresque, ses étals de poissons frais à peine pêchés, un banc de fruits et légumes colorés, la voix criarde de la maraîchère vantant ses melons et leur odeur suave et parfumée. Là bas un boulanger, son pain vient à peine de sortir du fournil, croustillant et chantant à souhait, l'odeur chaude et réconfortante. Un petit détour par le fromager? Incontournable adresse. Hésiter entre un brie à bonne température, un camembert déjà bien avancé? Un roquefort moucheté de l'exacte moisissure? Un chèvre doux, le tout accompagné de Poilâne grillé, encore chaud et tartiné de beurre salé. Le choix des mets implique celui des vins, et là encore, la France n'a plus sa réputation à faire en matière de vignoble. La référence même du vin. La robe écarlate ou dorée se sent, se touche, s'écoute, se laisse regarder pour au final se mettre en bouche, le repas gastronomique français est indissociable d'un verre de vin. Au delà d'un simple cliché que l’on pourrait retrouver sur des prospectus étrangers vantant ce désormais si célèbre art de vivre à la Française, le cérémonial observé dans le repas gastronomique français est un fait social, culturel, il s'inscrit dans la transmission du savoir faire, mais aussi du savoir être du peuple français. La reconnaissance pure et simple du beau et du bon.